Chercher

Les villes doivent lutter contre la chaleur, mais elles sont confrontées à de nombreux défis !

Le 29 mai 2024, quelques jours avant l'échéance de la Journée d'action contre la chaleurLe Global Cities Hub a organisé un événement en collaboration avec le le centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur "Cities beat the heat".

Les vagues de chaleur étant en augmentation dans le monde entier, se produisant plus tôt dans l'été, devenant à la fois plus longues et plus chaudes en raison du changement climatique, nous avons pensé qu'il était important d'examiner ce phénomène à travers un prisme urbain. Les chaleurs extrêmes présentent des risques importants pour les villes et ces risques s'aggravent avec le réchauffement climatique. Les villes sont déjà plus chaudes que les zones rurales avoisinantes, en raison de l'effet d'îlot de chaleur urbain, et à mesure que le monde s'urbanise, le nombre de personnes touchées par les chaleurs extrêmes augmentera malheureusement au fil des ans.

L'événement a rassemblé le responsable de la chaleur de Dhaka North, au Bangladesh, un représentant du centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des experts climatiques travaillant sur les perceptions de la chaleur et les risques liés à la chaleur à l'intérieur des habitations.

La chaleur est devenue un nouveau danger, qui n'est pas toujours bien perçu par la population. C'est particulièrement le cas dans les villes où les épisodes de chaleur extrême ne sont pas signalés et où l'impact de la chaleur sur la santé des personnes n'est pas documenté. ), l'absence de définition standard des vagues de chaleur et le fait que ce sont principalement les citadins pauvres et d'autres groupes vulnérables qui sont touchés de manière disproportionnée par les chaleurs extrêmes.

Par conséquent, il est difficile de mobiliser la volonté politique, les capacités et les ressources au sein de l'administration des villes pour répondre aux vagues de chaleur croissantes de manière cohérente et durable. Un appel fort a été lancé aux villes pour qu'elles créent les structures administratives adéquates et consacrent des ressources suffisantes pour gérer les multiples projets nécessaires pour améliorer la résistance à la chaleur urbaine et pour impliquer les communautés locales.  

Certaines villes ont commencé à concevoir des plans d'action contre la chaleur, qui constituent l'un des principaux outils permettant d'assurer une approche plus unifiée des chaleurs extrêmes et de promouvoir la collaboration entre les secteurs municipaux concernés et les parties prenantes (y compris les communautés locales, et en particulier les groupes les plus vulnérables) qui doivent être impliqués pour lutter efficacement contre la chaleur. Des échanges ont lieu entre plusieurs villes et se sont avérés utiles pour apprendre les uns des autres.

La chaleur urbaine devient incontestablement une préoccupation majeure pour de nombreuses villes dans le monde. Elle soulève de nombreux défis et problèmes en matière d'environnement et de santé, qui sont interconnectés et aggravés par l'environnement fortement bâti et la croissance des établissements informels. Plusieurs organisations internationales telles que l Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ou PNUEainsi que des réseaux urbains tels que C40, Réseau des villes résilientes. Au croisement de la santé et de l'environnement, le Global Cities Hub restera engagé sur la question de la chaleur urbaine, en partenariat avec les parties prenantes de la Genève internationale et au-delà.    

Pour obtenir un compte-rendu plus détaillé de la conversation :

Aynur Kadihasanoglu de la Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-RougeLe Centre climatique a présenté le travail du Centre, en particulier pour aider les communautés locales à mieux se préparer à résister aux chaleurs extrêmes dans les environnements urbains. Pour cela, le centre climatique aide les villes à préparer des plans d'action inclusifs contre la chaleur, à mettre en place ou à établir des systèmes d'alerte précoce, à organiser des campagnes d'information, à faciliter et à co-concevoir des processus pertinents au niveau local. Le centre mène également des recherches et Aynur a fait référence au rapport qui vient d'être publié sur les "Le changement climatique et l'escalade de la chaleur extrême dans le monde : Évaluer et traiter les risques". En outre, M. Aynur a également évoqué le travail du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, notamment par l'intermédiaire de ses volontaires sur le terrain qui aident les personnes en situation de vulnérabilité, mènent des campagnes de sensibilisation et facilitent l'inclusion des communautés locales dans les plans d'action sur la chaleur urbaine (par exemple au Népal, au Bangladesh, au Honduras et en Tanzanie).

Bushra Afreen, Chief Heat Officer de Dhaka North au BangladeshElle a souligné les nombreux défis auxquels elle est confrontée : le manque de données sur la chaleur, la mortalité et la santé ; l'absence de structures et donc de politiques de résilience climatique au sein de l'administration municipale ; le manque de sensibilisation de la population aux risques liés aux chaleurs extrêmes ; l'interconnexion complexe des problèmes (eau, énergie, routes, bâtiments, etc.) et la multiplicité des parties prenantes qui devraient être impliquées dans la lutte contre les chaleurs extrêmes, mais qui travaillent principalement en vase clos. Si beaucoup de travail a été accompli en matière de résilience face aux inondations et aux cyclones, il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne les chaleurs extrêmes, qui sont devenues un nouveau danger à Dhaka. Bushra a souligné que les chaleurs extrêmes n'affectent pas tous les individus de la même manière. Par exemple, contrairement aux hommes, la plupart des femmes ne sont pas en mesure d'ajuster leurs vêtements ou d'enlever des couches pendant la saison chaude ; les femmes s'abstiennent généralement de boire de l'eau pendant la journée, car elles veulent éviter d'utiliser les toilettes publiques perçues comme dangereuses et impures depuis l'enfance ; l'espace public doit être réaménagé pour permettre aux femmes de l'utiliser sur un pied d'égalité avec les hommes et de s'asseoir à l'ombre pour se reposer pendant les vagues de chaleur.

Plusieurs mesures ont été prises pour lutter concrètement contre la chaleur à Dhaka. Bien que la grande majorité des espaces verts aient disparu au fil des ans, les forêts urbaines, les zones humides (cf. également la zone d'Hatirjheel) et les canaux d'eau sont en train d'être ravivés. En outre, des campagnes de sensibilisation sont menées avec la distribution de ventilateurs portables légers afin d'éduquer les gens sur les risques liés à la chaleur extrême. Des enquêtes sont également menées afin d'obtenir davantage de données sur les attitudes et les pratiques de la population à l'égard de la chaleur, afin de mieux comprendre les vulnérabilités de la population et la façon dont elle affecte les groupes marginalisés.  

"La nomination d'un responsable de la lutte contre la chaleur est une première étape importante pour protéger la santé des personnes contre les chaleurs extrêmes, mais elle n'est pas suffisante. Il est nécessaire d'institutionnaliser véritablement l'action contre la chaleur au sein de l'administration municipale et des autres agences gouvernementales", a souligné Bushra. En effet, sa position est actuellement soutenue par la Fondation Arsht Rock et prendra malheureusement fin l'année prochaine. Bushra tente de faire changer les choses au sein de l'administration municipale et de collecter des fonds à l'extérieur, par exemple auprès de la Banque asiatique de développement, qui pourrait contribuer à l'élaboration d'un plan d'action global de lutte contre la chaleur pour Dhaka. Ce plan d'action contre la chaleur devra donner la priorité aux communautés vulnérables, telles que les femmes, les enfants, les personnes handicapées et les transsexuels, et tenir compte du fait que 38% de la population de Dhaka vit dans des zones d'habitat informel. En outre, le plan d'action sur la chaleur devrait aider la ville à trouver des ressources pour de nouvelles activités. S'il est possible de trouver de l'argent pour construire de nouvelles routes ou de nouveaux bâtiments, il est beaucoup plus difficile de trouver des ressources pour mener une enquête sur l'impact de la chaleur.      

Dans le cadre de la lutte contre l'urbanisation, Joyce Kimutai, climatologue à l'Institut de l'environnement et du développement durable (IEDD) de l'Union européenne. Attribution de la météo mondialeLe rapport de la Commission européenne sur l'exposition à la chaleur a souligné la rapidité du phénomène dans le "Sud global", qui se traduit par une croissance massive des zones d'habitation informelles. Cette situation entraîne des inégalités en matière d'exposition à la chaleur, étant donné que la majeure partie de la population vit dans des quartiers informels surpeuplés et n'a qu'un accès limité aux installations de refroidissement. Les risques liés à la chaleur sont mal perçus car il existe peu de documentation sur l'impact de la chaleur dans ces endroits. La plupart des épisodes de chaleur extrême n'étant pas signalés, ils sont mal connus et leur impact sur la santé des populations est mal connu. De plus, il n'existe pas de définition standard de la chaleur extrême. Joyce a donc travaillé avec des partenaires pour définir les seuils des vagues de chaleur dans trois villes du Kenya, l'objectif étant de développer des systèmes d'alerte précoce pour les quartiers informels de Nairobi et, plus généralement, un plan d'action contre la chaleur pour Nairobi. Elle a souligné que ce plan devrait être guidé par les besoins des utilisateurs. Pour ce faire, des enquêtes ont été menées et les communautés locales ont été impliquées, afin de diffuser des informations sur les vagues de chaleur de manière plus ciblée et plus efficace.   

Nausheen H. Anwar, membre de l'Assemblée générale des Nations unies Groupe technique OMM-OMS sur les risques sanitaires liés à la chaleur intérieureLe rapporteur a souligné que, même si nous pensons principalement au domicile des personnes lorsque nous abordons les risques liés à la chaleur intérieure, il existe de nombreux autres lieux où les risques sont également importants, tels que les maisons de soins, les écoles, les établissements de santé, les prisons. Nous devons définir des seuils de sécurité à l'intérieur des bâtiments, car les températures corporelles internes peuvent atteindre des niveaux dangereux, entraînant une augmentation du rythme cardiaque, une déshydratation due à une transpiration excessive, etc. Nausheen a rappelé que dans le "Sud global", les gens n'ont pas toujours accès à l'électricité ou à l'eau et ne disposent pas non plus de systèmes de ventilation, ce qui aggrave l'impact de la chaleur sur la santé. Il existe des liens évidents entre les chaleurs extrêmes et la perte des moyens de subsistance. Par exemple, les employées de maison qui travaillent à l'intérieur sont très affectées par la chaleur intérieure et sont donc moins productives. Nausheen a donc appelé les ingénieurs, les architectes, les constructeurs, les décorateurs d'intérieur et les urbanistes à prendre en compte les risques liés à la chaleur intérieure dans leur travail. Les discussions sur la chaleur qui impliquent généralement des scientifiques des domaines de la médecine et de la santé devraient également concerner ces professions, qui jouent un rôle crucial dans la lutte contre les risques liés à la chaleur à l'intérieur des bâtiments.

Un concept important mis en avant par Nausheen est celui de "inégalité/injustice thermique". Elle nous a encouragés à réfléchir à l'impact des chaleurs extrêmes en termes structurels, les vulnérabilités étant aggravées pour certains groupes ethniques, de sexe, de religion, d'âge, etc. "Lorsque nous nous intéressons à la chaleur extrême, nous devrions penser au type d'environnement bâti qui devient une arme contre les pauvres des villes. Il s'agit d'une forme de violence structurelle".

La enregistrement des événements peut être trouvé ici.

Pour aller plus loin :

Article précédent
GCH and UN-Habitat sign agreement to continue fruitful cooperation and set new goals
Prochain article
Smart City Leaders’ Talk